#blog

958 Vues(s)

Into Days – Récap Jour 1 – Influenceurs, millennials, hôtellerie

29 janvier 2019
intodays-recap

Les Into Days se déroulent les 29, 30 et 31 janvier à Cannes. Cet événement a pour ambition de rassembler les professionnels du tourisme afin de relever les défis de la transformation de ce secteur en pleine transformation. Le digital occupe d’ailleurs une place de choix et devient un levier stratégique pour imaginer demain. Les conférences viennent alors nourrir cette aspiration.

 

cannes-intodays

 

Chaque jour, nous vous proposons un récapitulatif de ce que nous avons vu, entendu, perçu. Dans le dédale de stands et de salles de conférences, nous partons à la rencontre des gens, nous assistons à des conférences pour en tirer l’essence, nous nous laissons aussi porter par les opportunités et le hasard. Première journée, acte 1 !

Contenus à emporter

 


L’influence marketing

 

influenceur-stage

 

La tendance de l’influence marketing continue de prendre de l’ampleur. En 2019, les influenceurs restent des nouveaux médias pour les destinations touristiques (ils partagent leurs aventures, leurs préférences, leurs coups de cœur). Ils incarnent à la fois le divertissement, l’inspiration et la recommandation pratique.

 

Lassitude, course aux fans, triche 

Ce qui pousse les marques à travailler avec les influenceurs, c’est leur talent. Ils leur proposent deux choses : de l’audience et des contenus incarnés. Cependant, une phase de maturité, voire de lassitude s’installe. Elle est notamment dûe :

 

  • à la sur-collaboration des influenceurs avec les marques ;
  • à la perte de confiance érodée par l’excès de placements de produits, y compris dans le tourisme,
  • à la montée en puissance de la triche nourrie par l’évaluation trop basique des marques, ne prenant en compte que des critères basiques tel que le nombre de fans et d’abonnés.

 

Le shift

Les influenceurs sont davantage sollicités pour leur talent de producteurs de contenus que pour leur influence. En effet, les marques ont compris que ce contenu prévalait car il est vecteur d’émotion et de sens.

Pour mieux collaborer avec les influenceurs, les destinations touristiques doivent donc :

 

  • définir leurs besoins en contenus en phase avec leur territoire de marque ;
  • faire un casting qui correspond à leur valeur, à leur identité ;
  • promouvoir et amplifier (avec des campagnes publicitaires) ce contenu auprès de leurs cibles prioritaires, sur leurs propres canaux.

 


Les millennials

 

Les millennials vont représenter 2 milliards d’individus dans le monde d’ici 2021. Dans 4 ans, ils constitueront la cible principale du marché. Laëtitia Faure, CEO & Founder d’Urban Sublime nous explique pourquoi le marché se transforme et pourquoi les acteurs du tourisme doivent imaginer de nouvelles propositions de valeurs et de nouvelles expériences.

 

Quelques caractéristiques propres aux millennials :

 

  • ce sont des consommateurs exigeants (avoir ce qu’ils veulent quand ils le veulent, et ce, de manière personnalisée)
  • ce sont des consommateurs avertis (ils ont une bonne connaissance du marketing et recherchent transparence et authenticité) ;
  • ils sont engagés (près de la moitié d’entre eux ont abandonné une marque car elle manquait d’éthique)

 

Quelles sont alors les nouvelles réponses ?

 

  • La flexibilité

 

Exemple du magasin Lexus à New York qui propose bien sûr de vendre des voitures, mais aussi de profiter d’un lieu différenciant où l’on peut aussi trouver un restaurant ou encore une bibliothèque.

 

lexus-experience

 

À retenir : la théâtralisation, les expériences différentes, les endroits où il se passe des choses car on y raconte des histoires.

 

 

  • L’expérience

 

L’instagrammabilité des lieux est devenu un critère de choix pour de nombreux clients. Si l’on peut regretter le côté réducteur et pauvre de la démarche (exemple : museum of Ice Cream), force est de constater que l’expérience est attractive et insolite. En prenant cette tendance sous un angle positif, notons que le design a pris une place prépondérante joue un rôle non négligeable dans les expériences vécues.

 

Exemple d’une pâtisserie New Yorkaise qui allie le bon au beau.

 

patisserie-design

 

 

  • Be there

 

Être là au bon moment. Que ce soit en B2C ou B2B, il est essentiel d’accueillir les clients de manière chaleureuse.

 

On remarque aussi que de plus en plus de services gratuits sont proposés dans les lieux pour enchanter l’expérience à la manière des tiers lieux (exemple : wifi, café, thé, etc.)

 

Il faut favoriser l’inattendu, il faut surprendre.

 

 

La citation du jour

 

Dans son discours d’introduction, David Lisnard, maire de Cannes, prône la force de la rencontre humaine dans le tourisme d’aujourd’hui et surtout de demain. Si les algorithmes se multiplient, proposent de nombreuses solutions et ouvrent un champ des possibles pour le tourisme, il est important aussi de sortir des schémas préétablis, de laisser place aux hasards dans le but de créer des souvenirs positifs.

 

“L’expérience client doit être au coeur de notre modèle économique mais la base du tourisme est la générosité que l’on offre à ceux que l’on reçoit.”  

 

 

L’interview du jour 

jeanpierre-marois

Jean-Pierre Marois, Directeur – Hôtel Les Bains, Paris.

 

Les Bains, c’est quoi ?

 

Les Bains, c’est une marque transversale qui mixe lifestyle, luxe de niche et label culturel. Le tout s’insère dans la dernière génération d’hôtel.

 

 

Votre positionnement marqué “Luxe + label culturel” oriente votre ligne éditoriale, en quoi est-ce essentiel pour votre ADN.

 

Quand on doit lutter contre Airbnb et autres, on doit avoir une proposition très riche, qui propose de faire le plein de souvenirs.

 

 

Quelle place prend le design dans les projets d’hôtellerie ?

 

Je suis passionné de design et je viens du cinéma qui est un art. Pour Les Bains, on a fait appel à des grands architectes. Le design (réussi), c’est ce qui permet d’être dérouté, émerveillé, d’avoir les sens flattés.

 

 

Comment mettre l’humain est au cœur d’une expérience réussie ?

 

L’humain est un critère numéro 1 ! L’hôtellerie est un métier de service, c’est une prestation humaine. C’est fondamental que ça ait du sens, que les équipes soient heureuses de travailler, que les clients soient agréablement surpris de l’attention qui leur est portée.

 

La deuxième chose essentielle, c’est l’interaction avec le quartier, la ville, la cité.

On fait beaucoup d’événements à but non lucratif pour créer des liens, mélanger les gens. C’est un supplément d’âme et de sens.

 

A quoi ressemblera l’hôtellerie demain ?

Ça doit être une grande place qui est faite à l’interaction. Il faut tendre vers un coté forum.

L’hôtellerie de demain entre-mêle les locaux et les voyageurs. Les Bains proposent de nombreux concerts par exemple. Quand j’entends “Je viens de New York et toi ? Moi ? J’habite dans la rue d’à côté” c’est une vraie satisfaction, c’est une réussite !

 

 

Retrouvez le récap du jour 2

Retrouvez le récap du jour 3

 

banniere-site-contact